La Cinquième Porte




Paris, Éditions de Fallois, 2004
264 p., 17 €
978-2-87706-541-2

Roman

Simon va mourir. Il accepte de participer au programme d'une Fondation qui recrute des volontaires prêts à dire leur singularité avant de disparaître. Il a derrière lui une longue carrière scientifique, et une vie comme toutes les vies. Seul, déjà quasiment en dehors du monde, il doit se raconter à travers le réseau informatique sophistiqué qu'a mis en place la Fondation.

Lycéenne dans une banlieue comme il y en a tant, Safya a beau chercher : aucune existence digne de ce nom ne se profile pour elle à l'horizon. Elle possède pourtant un atout : une étrange connivence avec les ordinateurs, qui l'a fait surnommer par ses professeurs la Mozart du clavier.

Hasard ou non, elle entre en contact avec Simon, à des milliers de kilomètres de là. Un dialogue va se nouer entre eux. À l'incompréhension hargneuse du départ succèdent peu à peu la curiosité, l'émotion, puis quelque chose qui ressemble à la tendresse.

L'un par l'autre, ils iront au bout d'eux-mêmes. À travers elle, il apprivoisera la mort qui arrive au pas de charge. Grâce à lui, elle trouvera la force d'affronter le monde hostile qui l'attend.


Revue de presse


"Humour caustique, plume fiévreuse (…) Derrière la gravité de l'histoire, l'espoir se dessine en filigrane. Emouvant et puissant."

D. Laure, Spectacle du Monde


"Une idée tout à fait extraordinaire. On est subjugué (…) C'est écrit merveilleusement bien."

M. N. Dhuiege, Le Coup de Cœur des Libraires (chaîne d'information LCI)


"Marc Bressant poursuit une œuvre de qualité. A lire absolument."

Côté Femme


"Un roman obsédant et pudique qui frôle le polar et la science fiction. Très impressionnant."

B.M. Chambéry


"Une parabole sur la vie… un grand livre."

P. Simonin, TV5-Monde


"Ecrit dans une langue dépouillée à l'extrême, ce journal est à la fois une réflexion légère, profonde, humble et tendre sur une vie comme toutes les autres vies, et une descente vertigineuse à l'intérieur du « pourquoi » et du « comment » de la nature humaine."

F. Maignan, Rue Saint-Guillaume


"Un roman poignant."

O. Malentraide, Présent